26/11/2004

Je vous ai parlé dans un très ancien post (vu que j'ai aba

Je vous ai parlé dans un très ancien post (vu que j'ai abandonné ce blog un temps certain)
que vous retrouverai ici : http://allmylogs.skynetblogs.be/?date=20030611&number... de Wikipédia, l'encyclopédie libre...
 
Voici l'interview d'un de ces fondateurs, a lire absolument si pour vous le savoir et la connaissance appartiennent à l'humanité et non au commerce....
3/9/2004

Wikipedia: La connaissance appartient à tout le monde

    Je vous propose un nouveau travail de traduction. Une interview Slashdot.org de Jimmy Wales, l’initiateur du projet Wikipedia. Pour ceux que le terme intriguerait, il s’agit d’une Encyclopédie libre, gratuite et multilingue en ligne, issue de la mouvance du Logiciel Libre, et dont les articles sont rédigés et édités par les lecteurs eux-mêmes.
    Cette contribution m’a été demandée par Aka il y a quelques jours (le sympathique administrateur et initiateur de Framasoft.net ;) Je profite de l’occasion pour publier à domicile, en echo de Frama, le fruit de mon petit labeur…
    L’interview s’articule sur une douzaine de thèmes récurrents dans les FAQ du projet, c’est donc une bonne synthèse du pourquoi et du comment de Wikipedia.

WIKIPEDIA FOUNDER JIMMY WALES RESPONDS Jimmy Wales, Fondateur de Wikipedia, nous répond. Posté par Roblimo, © 2004 www.ostg.com.

“Wikipedia est un projet excellent et les questions des lecteurs Slashdot au fondateur du projet Wikipedia étaient elles aussi excellentes … Tout comme les réponses de Jimmy Galles à 12 des plus fréquentes questions modérées que vous avez soumis". Roblimo.

1) Dons - par southpolesammy: Où en sont les dons et quel est l’avenir du projet Wikipedia si les levées de fonds en l’absence de tout revenu publicitaire n’augmentent pas?

JW: Nous avons toujours besoin de fonds pour le matériel informatique. Je couvre encore les charges de la bande passante et de l’hébergement et, en tout état de cause, nous continuerons ainsi pour le proche avenir: mais nous dépendons entièrement des dons de la communauté pour tout l’équipement qui fait tourner le site. Et à ce niveau là, notre taux de croissance se traîne encore.

Une des raisons pour laquelle la demande d’interview de Roblimo m’a enchanté a été que la communauté, celle de slashdot en particulier, a déjà été si généreuse envers nous dans le passé. Son public comprend l’importance de ce que nous faisons, l’importance de répandre l’idée de “liberté selon Gnu", loin par de là la seule communauté du logiciel libre.

A quiconque serait intéressé à l’idée de contribuer financièrement je dis: visitez notre site web afin de voir comment nous utilisons l’argent des dons.

2) Faire de la publicité? - par obli: Comment Wikipedia s’est-il fait connaître? Le projet Wikipedia a-t-il en fait versé le moindre cent d’euro en publicité ou promotion? A bien y réfléchir, je ne crois pas.

JW: Non, nous n’avons pas eu, n’avons ou n’auront jamais de budget promotionnel ; cela n’a jamais été nécessaire et mon sentiment est que cela continuera ainsi.

Le point clef est que nous faisons quelque chose d’intéressant et de passionnant en montrant ce qui peut-être accompli dans un projet communautaire qui repose sur du logiciel libre, sous licence libre. De nos jours tout le monde sait qu’il est possible de programmer d’excellents logiciels selon les principes des licences libres et notre action prouve que l’idée de partage de la connaissance est aussi puissante dans d’autres domaines.

3) Complémentaire ou concurrent des Encyclopédies traditionnelles? par Ewanrg : Je me demandais si vous voyiez Wikipedia comme un concurrent ou comme un outil supplémentaire, comparé à un “World Book” ou une “Encyclopédie Britannica"?

JW: Je les verrais comme nos concurrents, mais je pense qu’ils seront littéralement écrasés d’ici 5 années.

Le logiciel (propriétaire) a cela d’unique qu’il permet une externalisation inhérente au réseau d’une part et plusieurs autres mécanismes de “verrouillage” d’autre part, choses impliquant pour nous une difficulté à faire entrer les gens dans le chemin des alternatives libres. Les gens se sentent bien avec les produits Microsoft, et ils craignent qu’un changement leur fasse perdre toutes compétences acquises via ces produits propriétaires (ctrl-alt-del!), comme de devenir incapables de partager des fichiers avec d’autres, etc…

Mais ce que produit notre communauté est différent. Le remplacement d’une encyclopédie vieille et désuette pour Wikipedia ne coûte rien - cliquez, apprenez et vous voilà lancé. Vous pouvez faire ce changement avant vos amis: la connaissance acquise restera parfaitement compatible.

4) Contrôle de la qualité - par Raindance: Tout d’abord, le concept d’une encyclopédie “communautaire” qui serait ouverte aux contributions de ses utilisateurs - articles, révisions d’articles - est fantastique. Cela ressemble beaucoup au modèle du Logiciel Libre et en cela, Wikipedia illustre une manière possible de ré-appliquer ce modèle à d’autres contextes.

Cependant, le contexte de l’encyclopédie et du logiciel sont différents. Très différents même. Je m’intéresse spécifiquement au contrôle de la qualité. Vous savez, quand le code ne fonctionne pas, quand il ne compile pas ou lorsque le programme se comporte de manière inattendue.

Sur quelles bases un article Wiki peut-il être qualifié de “mauvais", et en quels termes l’exprimer? Pensez que ce “contrôle de la qualité” soit une question d’importance pour le projet Wikipedia, et envisagez-vous d’intégrer plus pleinement la communauté dans ce processus (peut-être à l’instar du système de modération/méta-modération en vigueur sur slashdot)?

JW: Et bien, les articles de l’encyclopédie peuvent être mauvais de diverses façons, certaines évidentes, d’autres subtiles. Les aspects évidents concernent une information simplement inexacte, les erreurs grammaticales, ou le fort parti pris d’un contributeur. Les défauts subtils concernent les formes plus modérées de parti pris ou un style rédactionnel insipide etc…

Le contrôle de la qualité résume bien la plus grosse part de l’activité interne du projet. Chaque page du site apparaît sur le lien ModificationsRécentes (Special:Recentchanges) et les internautes ont la Liste de Suivi qu’ils peuvent utiliser (et utilisent!) pour garder un oeil sur des articles particuliers.

Actuellement, je travaille sur un premier jet de proposition communautaire pour notre “prochaine phase” de révision, qui impliquera de considérer plus sérieusement à sortir une version 1.0 stable. Le concept ici est analogue à celui du logiciel. Le site en ligne est toujours la mouture du moment, en ébullition, “à la pointe", sorte de “nightly build” ou version de développement… Mais nous avons aussi besoin d’une version stable qui aurait fait l’objet d’une révision, aurait été testée et enfin jugée acceptable.

Je publierai cela dans deux semaines, et recueillerai alors réactions et révisions de la part de la communauté, puis nous procéderons à un vote à l’échelle du projet lui-même.

Ce processus pourrait reprendre certains éléments proche du système de modération/méta-moderation de slashdot.org, cependant il est probable que ce processus soit plus orienté annotation, que vote.

5) Comment couvrir équitablement tous les sujets? - par mangu: Il y a-t-il un effort de rédaction d’articles sur des sujets spécifiques actuellement manquants? Si on regarde une encyclopédie commerciale, le panel de la connaissance humaine est complètement couvert. Sur Wikipedia en revanche, on trouve plusieurs articles sur les trolls de slashdot.org par exemple, tandis que d’autres (et importants) domaines restent encore sans contenu.

JW: C’est un problème en perpetuelle voie de résolution. Il est vrai que nous avons pas mal d’information pertinente sur les trolls de slashdot.org, mais nous avons aussi quasiment tous les sujets importants. Bien sûr, quelques pans de la connaissance sont plus nécessiteux que d’autres: mais les cerner puis les résoudre reste un effort continuel dans toute la communauté.

A l’heure actuelle, je pense que vous auriez un peu de mal à trouver des sujets présents dans la Britannica que nous ne traiterions pas également. Certes il est encore facile quand on y regarde un peu, de trouver des articles rares dans la Britannica qui soient meilleurs que les nôtres sur le même sujet. Pourtant cela devient moins facile jour après jour.

Donc pour répondre directement à votre question, oui, des efforts constants sont faits pour la rédaction d’articles sur des sujets spécifiques, afin d’étoffer un peu ces domaines de la connaissance que nous n’avons pas encore couverts aussi bien que nous le devrions.

6) Les querelles constantes… - par Rageon: Comment comptez-vous résoudre (maintenant ou dans l’avenir) les constantes querelles entre les uns et les autres sur les questions les plus classiquement controversées (avortement, religion, etc…)? Comptez-vous changer le système actuel qui semble-t-il favorise l’édition acharnée de certains articles, chaque jour, par les mêmes personnes?

JW: Dans notre communauté, nous décourageons très fortement ce genre de dispute. Un des plus grands travers dans lequel on peut alors tomber est d’alimenter une “guerre de version” (NdT: Cf. Revert War). Mais la dispute est humaine et nous devons comprendre qu’il n’existera jamais de moyen technique par lequel nous pourrons éradiquer ça.

7) Inviter les gens à s’impliquer - par « un lâche Anonyme »: Quelles méthodes avez-vous trouvé pour non seulement motiver les personnes à contribuer au Wiki, mais aussi pour faire qu’ils continuent dans leur démarche?

JW: L’Amour. Ce n’est pas très bien vu dans les cercles techniques de parler d’amour, mais franchement c’est une dimension fondamentale du projet.

J’ai toujours su que la mission de Wikipedia dépassait de loin le simple fait de créer un site Web génial. Nous faisons cela bien sûr, et on s’amuse beaucoup à le faire, mais ce qui nous motive le plus, c’est de contribuer à une mission qui au final pourrait s’avérer bénéfique pour le reste du monde.

Mon intention est d’arriver à ce que chaque personne sur la planète obtienne une copie de Wikipedia, dans sa propre langue. Mon intention est que des manuels scolaires libres, issus de nos projets Wikibooks, soient bientôt utilisés dans les pays en voie de développement et révolutionnent l’éducation en réduisant radicalement le coût des contenus.

C’est le genre de grand idéal qui rend les gens du projet très passionnés par ce qu’ils font. Cela leur permet alors de mettre de côté pas mal de leurs différences personnelles, de renoncer à ce type de dispute évoqué tout à l’heure, de trouver un juste compromis qui permet d’avancer, jusqu’à ce que le boulot soit fait.

Je conseille fréquemment aux gens qui viendraient me voir frustrés par une “guerre de version", de penser aux personnes qui vivent sans eau propre ou potable, sans accès adéquat à l’éducation, et comment notre travail pourra un jour aider ces personnes. Cela remet un peu les choses - et les petites rivalités - à leurs place, je pense.

Imaginez un monde dans lequel il serait donné à tout un chacun le libre accès à la somme de toute la connaissance humaine. C’est ce que nous faisons.

8) Annonceurs, Spammers, Moteurs de recherche, Arghh ! - par RomSteady: J’aime bien le concept du Wiki, mais je suis un peu inquiet de son implémentation actuelle.

En ce moment, on voit pas mal d’exemples où les indexeurs interfèrent sur les Wikis, où les spammers insèrent dans les Wikis des liens vers leur site pour gonfler leurs classements dans Google, où les annonceurs placardent en douce dans les wikis jusqu’à ce que quelqu’un tombe enfin sur leurs pubs pour les atomiser… Avez-vous une idée sur la façon de modifier les Wikis pour parer à de telles choses dans le futur?

JW: Assurément, je pense que ce type de problème peut être facilement résolu. Une des premières ruses que j’essaierais, serait d’analyser le texte d’un Wiki fraîchement ajouté par quelqu’un: pour voir s’il contient un lien externe. Si c’est le cas, mais seulement dans ce cas, exigez une réponse à un Captcha.

[NdT: Captcha, acronyme pour “completely automated public Turing test to tell computers and humans apart“. Test public Turing complètement automatisé pour distinguer les ordinateurs des êtres humains, du type question-réponse qu’on retrouve parfois lors d’une inscription via un formulaire web par exemple, sous la forme d’un fichier graphique présentant un suite de chiffres et de lettres un peu distordues, à saisir manuellement, avant validation du formulaire].

Dans un deuxième temps, maintenez l’édition du Wiki en libre accès pour tout le monde, mais restreignez le droit d’insérer des liens externes aux personnes de confiance dans cette communauté. Cependant faites en sorte qu’il soit facile pour l’utilisateur de confiance d’élargir la zone de confiance, car c’est bien la participation que vous voulez encourager.

Fondamentalement, je pense que ce qui marche le mieux dans un Wiki, c’est d’avoir confiance dans la bonne conduite des participants, autant qu’il est possible ou tolérable, jusqu’au point où votre tête vous fera mal, jusqu’au point où vous serez littéralement effrayé de voir ce que certaines personnes pourraient être sur le point de détruire. Voilà ce qui marche le mieux.

Les gens ne sont pas fondamentalement mauvais. Il faut un minimum d’arbitrage - très peu en fait - pour remédier efficacement au problème de ces minorités qui parfois voudraient faire s’interrompre une expérience communautaire.

9) Services Web? formats de données? - par sh0rtie: Vous n’avez jamais pensé à offrir un accès alternatif aux données autre que sous le format HTML? Il y a des exemples de sites communautaires qui marchent bien, comme IMDB [imdb.com], dont les contenus peuvent être consultés par email (après restructuration des données) et un nombre énorme d’applications est maintenant construit sur ces seules caractéristiques… Ou offrir les données dans les formats alternatifs (XML/SOAP/TELNET/TXT etc), de sorte que des petits génies de la programmation pourront créer des applications capables d’intégrer vos données de manière neuve et originale?

JW: Oui, oui, oui. Je suis à 100% pour tout ça. Rejoignez la liste wikitech, la liste de discussion technique, et renseignez-vous sur les sujets plus spécifiques. Nous serions ravis de voir plus de développeurs se porter volontaires pour nous aider à implémenter ce type de choses plus rapidement et mieux.

10) Chine et Wiki - par Stargoat: Que pensez-vous du blocage du Wiki par les chinois et de l’effet éventuel que cela aurait sur le service fourni par Wikipedia au chinois et la communauté mondiale?

JW: Le blocage chinois a duré deux jours seulement, après qu’un groupe d’administrateurs du Wikipedia chinois ait demandé la cessation de cette censure. Ce que je pense de tout ça s’articule en deux temps.

Premièrement, les censeurs devraient avoir honte de bloquer Wikipedia, car nous sommes loin d’être les objets de censures qu’ils se sont plus à penser. En censurant Wikipedia vous admettez que de l’information factuelle et impartiale vous dérange. Nous ne sommes pas des propagandistes politiques, nous ne sommes pas un jeu de casino en ligne, nous ne sommes pas des vendeurs de porno. Nous sommes une encyclopédie.

Deuxièmement je considère comme un impératif moral pour notre mission globale de ne jamais renoncer à nos valeurs de liberté (à la liberté d’expression, à notre engagement à la neutralité et au rassemblement) tout cela pour satisfaire une quelconque exigence émanant de tel ou tel gouvernement. Nous sommes une encyclopédie libre. Avec tout ce que cela implique.

11) Une possible lacune de Wikipedia - par wcrowe: Les autres encyclopédies citent leurs sources dans leur travail. Cela parait difficile pour Wikipedia et, si je ne m’abuse, je ne vois toujours pas de sources citées dans les articles. Suis-je correct dans mes suppositions? Pourquoi les sources ne sont-elles pas citées? Cela ajouterait de la crédibilité au projet.

JW: Je pense vous vous méprenez. Nous citons nos sources, presque autant que la plupart des encyclopédies il me semble. Mais je suis d’accord avec vous sur le fait que plus il y a de sources, mieux c’est. De plus il est certain qu’en avançant vers une version 1.0 stable, un de nos buts sera de fournir, autant que possible, plus d’articles incluant de l’information complémentaire au regard de cette notion du “où en apprendre plus".

12) La question de l’argent - par Achoi77: Étant donné le fait que le Wikipedia est devenu plus grand que jamais, nourrissez-vous la crainte potentielle qu’un manque de trésorerie stable puisse causer un jour l’écroulement du projet entier? Vous est-il arrivé d’envisager un temps certaines solutions… extrêmes (comme la publicité), en périodes de contingences défavorables, puis d’y renoncer complètement, puis de les reconsidérer peu de temps après?

JW: Wikipedia est devenu plus grand que jamais c’est vrai. Et nous maintenir hébergés sur assez de serveurs, nécessaires pour conserver la performance là où nous la souhaitons, occupe constamment nos pensées.

En même temps, j’ai l’intime conviction que tout ira pour le mieux. Le fait est que tout le monde apprécie Wikipedia. Quand j’ai demandé 20,000 dollars au monde en janvier dernier, nous avons reçu près de 50,000 dollars en moins d’une semaine.

Actuellement nous menons une étude sur l’éventualité de recevoir des subventions, et nous vous demandons aussi ici, aujourd’hui, de penser à visiter le projet pour voir comment vous pourriez aider si ce type d’action est une chose à laquelle vous êtes habitués.

La question de la publicité revient parfois, mais pas dans un contexte de “on va devoir accepter ça pour survivre". Là nous disons clairement: “non.”

La question de faire ou non de la publicité reviendrait plutôt à se demander, avec ce genre trafic, avec l’augmentation de la fréquentation que l’on a constatée: quel bien pourrions nous faire, en tant qu’institution “charitable” ou de “bienfaisance", si nous décidions d’accepter la publicité? Si la communauté décidait de le faire, cela serait très lucratif pour la Fondation Wikimedia, car les coûts liés à notre infrastructure sont extrêmement bas comparés à tout site Web traditionnel nécessitant la publicité.

Cet argent pourrait être utilisé pour fonder des médiathèques dans les pays en voie de développement. Une part des revenus pourraient être utilisée pour acheter de l’équipement supplémentaire, une part pourrait être utilisée pour supporter le développement des logiciels libres que nous utilisons dans notre mission.

Mais la question que nous devrions nous poser, du haut de notre monde bien confortable, bien “connecté” et plutôt aisé, serait de savoir si cette répugnance ressentie à l’idée que la pub puisse salir la pureté de Wikipedia prévaut sur sa mission…

Et c’est plus complexe que ça même, parce que dans une large mesure, notre succès est dû à la pureté de ce que nous faisons, jusqu’à présent. On doit considérer le fait qu’accepter l’argent de la publicité pourrait empêcher de possibles subventions. C’est une question complexe.

En tout cas cette question ne devrait pas se poser en terme de survie. Nous somme capables de continuer tels que nous sommes maintenant… Avec votre aide bien sûr : -)

    Traduction française Patrick Mazéris sous licence Creative Commons
    Lien direct: http://www.linux38.net/index.php?p=18


12:38 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (842) |  Facebook |

24/11/2004

Pour la zik numérique...

Vous voulez the programme pour extraite vos CD audios et convertir la zik??
Ben alors je vous propose de télécharger et d'installer CDex.  Un bijou que j'utilise depuis ses débuts.

En voici les caractéristiques plus détaillées :

  • Permet l’extraction des CD audio
  • Permet l’enregistrement à partir de la carte son
  • Format d’enregistrement WAV
  • Format d’encodage MP3, OGG, WMA au choix
  • Permet de choisir la qualité de l’encodage
  • Encode et décode dans tous les sens :
    • CD -> WAV, MP3, OGG, WMA
    • LINE IN (entrée carte son) -> WAV, MP3, OGG, WMA
    • WAV <-> MP3, OGG, WMA
    • MP3 <-> OGG <-> WMA

  • Permet de créer une liste d’attente de fichiers à encoder [1]
  • Permet l’extraction partielle d’une piste (ex : que la 1ère minute)
  • Comporte des commandes de lecture pour un CD

Télécharger: http://puzzle.dl.sourceforge.net/sourceforge/cdexos/cdex_...

Manuel en français: http://www.zebulon.fr/articles/CDex_1.php

17:13 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Plans

Google ajoute en haut des pages de résultats de liens vers des plans de villes, villages  pour peu que votre recherche porte sur le nom d'une ville. Cela fonctionne aussi si vous ajoutez le mot "plan" à votre requête, mais cela ne fonctionne plus si vous utilisez un autre mot.

15:27 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/11/2004

Free zik...

A l'heure du légal ou pas légal de télécharger de la zik via le net? 
A l'heure du... on s'y met tous pour vendre des morceaux de zik en ligne (Itunes, Skynet music club,...)
Il existe des artistes avec un talent plus que certain qui propose le téléchargement de leur musique gratuitement...
Découvrez ce site:
http://www.magnatune.com/ 
 
Je vous conseille:
-Beth quist:
http://www.magnatune.com/artists/beth_quist
-Joglaresa: http://www.magnatune.com/artists/music/Classical/Joglaresa/Magdalena/free_download.html
 
Et mettez-vous en plein les oreilles!!! 



19:13 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Chercher dans votre "fratris fratras"...

Ben oui, vous êtes "bordélique" sur votre bureau, dans votre garage, dans votre cuisine, dans votre paperasse...  et forcément dans votre ordi.  Vous êtes pas du genre à classer vos fichiers dans les belles valisettes jaunes mises à votre disposition par notre cher Windows.  Donc vous recherchez la dernière version word de votre cv et vous trouvez pas... Alors vous faites appel à la fonction "rechercher" toujours offerte par notre cher Windows et là vous attendez, attendez... et votre pc rame, rameur, ramez...
Alors la soluce??  Et ben Google encore...  Oui, le Google Desktop Search.
Je le teste depuis 1 mois maintenant, c’est une merveille de rapidité et d’efficacité, je peux déjà plus m’en passer smiley
Cette application  permet donc de rechercher des informations dans tous les documents texte, fichiers, courriels et messages instantanés, contenus sur votre pc.
Elle est disponible pour les PC tournant sous Windows XP et Windows 2000, mais pas avec les versions antérieures du système d’exploitation vedette de Microsoft. Elle nécessite un minimum de 128 mégabytes de mémoire vive (RAM) et un processeur Pentium de 400 Mhz au moins est recommandé, selon Google.
 
Seulement disponible en anglais (mais tout con à utiliser) à l'adresse suivante:
http://www.desktop.google.com/


13:16 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Le retour...

Pas de mise à jour depuis plus d'un an et que vois-je...?  11299 visiteurs et ben dites donc... quelle surprise!!??  Ben alors je me dis si j'essayais de trouver un peu de temps pour continuer à publier tout le "fratris fratras" que je continue à glâner sur le web??  Et pourquoi pas aussi tenter de personnaliser le design de ce blog...  Bon je vais tenter hein... je vous promets pas un article tous les jours mais au moins un par semaine... 
 

12:38 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/08/2003

Google news s'emmêle les pinceaux:-)

Il y a quelques temps, je vous ai présenté un nouveau service de Google: Google actualités.
Depuis lors je le consulte chaque matin, surprise aujourd'hui!! 
Pour illustrer un article lié à l'attentat contre les Nations Unies à Bagdad... la photo de Phillipe et Mathilde!!!  Jetez un oeil: http://news.google.fr/
L'info vient du site RTL.  Question d'automatisation...
 
Si vous avez raté l'image, j'en ai fait une copie.  Cliquez pour l'agrandir.


10:54 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

11/08/2003

Le télépro de la webtv

Un site qui recense tout ce qui peut se voir sur le net...  Super complet, juste pas toujours évident de s'y retrouver:-)

Avant de vous lancer dans l'aventure de la webtv, armez-vous des derniers lecteurs multimedias.  Justement sur le site, j'ai trouvé de chouettes explications à ce sujet:
 

 

 A) le téléchargement des plugins : procédure d'installation

Afin de vous clarifier la procédure de téléchargement nous avons mis une copie d'écran des sites officiels. Il vous suffira ensuite de cliquer à l'endroit indiqué par la flèche rouge et de suivre les instructions pour procéder au téléchargement du lecteur désiré.

  WINDOWS MEDIA
1 : Cliquez sur
Windows Media
2 : Cliquez sur "Télécharger Windows Media".
3 : Cliquez sur "Télécharger" après avoir choisi votre langage.
4 : Choisissez "Enregistrer sur votre disque dur". Sélectionnez votre bureau comme emplacement du téléchargement afin de retrouver rapidement le programme.
5 : Double-cliquez sur le programme et laissez vous guider pas à pas.


  REAL PLAYER
ATTENTION : 2 lecteurs sont proposés sur le site de Real ! Le Real Player 8 basic totalement gratuit et le Real Player Plus payant.
Le Real Player 8 Basic est parfaitement adapté pour lire les vidéos.
1 : Cliquez sur Real
2 : Cliquez en bas de la page sur "Real Player 8 Basic".
3 : Remplissez tous les champs du formulaire en ligne.
4 : Choisissez le lieu de téléchargement, par défaut choisissez "Bern Switzerland". Dans le menu suivant, choisissez "enregistrer le programme sur le disque". Sélectionnez votre bureau comme emplacement du téléchargement afin de le retrouver rapidement.
5 : Double-cliquez sur le programme et laissez vous guider pas à pas.


  QUICKTIME
1 : Cliquez sur
Quicktime
2 : Remplissez scrupuleusement le formulaire, puis cliquez sur le bouton "Download Quicktime".
3 : Dans le menu suivant, choisissez "enregistrer le programme sur le disque". Sélectionnez votre bureau comme emplacement du téléchargement afin de le retrouver rapidement.
4 : Double-cliquez sur le programme qui va télécharger le player en ligne, et laissez vous guider pas à pas : nous vous recommandons une configuration "minimale" au cours de l'installation.


  FLASH
- Si vous possédez Internet Explorer
1 : Cliquez sur
Flash - Explorer
2 : Cliquez sur le bouton "Autoinstallation".
3 : une page s'affichera téléchargeant et installant automatiquement votre sélection dans Internet Explorer.

- Si vous possédez Netscape Navigator

1 : Cliquez sur Flash - Netscape
2 : Cliquez sur le bouton "Télécharger maintenant !".
3 : Fermez votre navigateur et double-cliquez sur le programme d'installation que vous venez de télécharger.
4 : Suivez les instructions ; votre navigateur s'ouvrira automatiquement à la fin du programme d'installation.

suite à lire sur le site >>

Bon amusement:-)

20:39 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Nouveautés Google:

Une nouvelle idée de l'information

Google Actualités présente des nouvelles collectées auprès de 500 sources d'information dans le monde. Ces nouvelles sont agencées de sorte que les informations les plus pertinentes soient communiquées en premier. Les différentes rubriques sont mises à jour en continu tout au long de la journée, de façon à vous présenter de nouvelles informations à chaque consultation. Google a mis au point pour Google News un processus automatisé qui regroupe les titres et les photos connexes à partir de plusieurs centaines de sources dans le monde. Ce système vous permet de découvrir comment différentes agences d'information présentent le même événement. Il vous suffit de sélectionner le sujet qui vous intéresse pour accéder directement au site qui a publié les informations correspondantes.

L'originalité de Google Actualités réside dans son nouveau service d'informations compilées uniquement à l'aide d'algorithmes informatiques, sans intervention humaine. La sélection des sources d'information, caractérisées par des points de vue et des lignes éditoriales différents, est réalisée automatiquement, sans parti pris politique ni idéologique. Cette méthode peut aboutir parfois à des confrontations de points de vue inhabituelles voire contradictoires, mais c'est justement cet aspect qui fait de Google Actualités une source d'information précieuse sur les sujets importants du jour.

Vous pouvez obtenir l'historique d'un événement en cours en cliquant sur la fonction « Tri par date » sur la page qui contient tous les rapports concernant un sujet particulier. Cette fonction permet d'organiser les informations dans l'ordre chronologique, la plus récente étant présentée en premier.

http://news.google.com/


15:30 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/08/2003

Quelques astuces pour outlook express

  • Ajouter un destinataire à votre carnet d'adresses ?

    Ouvrez le messages et cliquez droit sur le nom ou l'adresse email puis ajouter au carnet d'adresses.

  • Créer une signature personnalisée?

    Outlook Express vous permet d'insérer automatiquement dans tous vos messages une signature préalablement créée. Ainsi, si votre signature est assez longue à taper et afin d'éviter les oublis ou fautes, vous bénéficierez d'un gain de temps conséquent dans l'édition de vos messages électroniques.

    Dans le menu Outils, ouvrez les Options et cliquez sur l'onglet Signatures. Ensuite, il suffit de créer une nouvelle signature (bouton Nouveau) que vous pourrez renommer par la suite, si vous créez plusieurs signatures par exemple. Il ne vous reste plus qu'à saisir le texte de votre signature, insérer une image ou encore les deux.
    Grâce au bouton Options avancées, vous pourrez affecter la signature que vous avez créé à un de vos comptes mails, si vous en possédez plusieurs ou que d'autres personnes utilisent le logiciel sur votre ordinateur.
    Lors de la composition d'un e-mail, pour insérer la signature de votre choix, cliquez sur l'icône Insérer une signature ou rendez-vous dans le menu Insertion puis Signature et sélectionnez celle de votre choix.

  • Ne pas conserver les adresses des correspondants occasionnels

    Il peut vous arriver un jour de répondre à des messages dont vous rencontrez l'expéditeur pour la première et peut-être pour la dernière fois. Par défaut, Outlook Express enregistre les données de votre correspondant dans votre carnet d'adresses lorsque vous répondez à celui-ci.
    Pour éviter de stocker inutilement les adresses e-mails de vos correspondants, il suffit de décocher l'option Mettre automatiquement les personnes auxquelles je réponds dans mon carnet d'adresses située dans l'onglet Envoyer du menu Options. A noter que dans certaines versions d'Outlook Express, l'option que vous devez désactiver s'intitule Toujours placer les destinataires de mes messages dans mon Carnet d'adresses et se trouve dans l'onglet Envois.

09:56 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

30/07/2003

Franchement pratique!

e-Backup est un petit programme qui permet de sauvegarder toutes les informations qui se trouvent dans Outlook Express. Ainsi, d'un clic de souris, vous pouvez sauvegarder tous vos dossiers et vos messages, votre configuration de comptes mail, vos newsgroups favoris ainsi que les règles de messages.
Votre carnet d'adresses de même que vos Favoris d'Internet Explorer peuvent également être téléchargés.

L'utilisation du programme est extrêmement simple puisqu'il suffit de choisir l'emplacement de stockage du fichier de sauvegarde, la fréquence de sauvegarde (immédiate, tous les jours, tous les trois jours, toutes les semaines ou tous les mois) ainsi que le taux de compression du fichier de sauvegarde au format ZIP.

Bien que tous ces sauvegardes puissent être réalisées manuellement, éléments par éléments, l'utilisation d'e-backup vous simplifiera grandement la tâche et de plus vous évitera d'avoir à tripatouiller dans la base des registres.

Pour installer la traduction française, allez dans Advanced Configuration Options puis Other et sélection de la langue française
 
Pour le télécharger:
http://www.inachis.com/files/e-Backup%201.4.msi
 
Site officiel en anglais: www.inachis.com
 

14:33 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/07/2003

créer un disquette de démarrage sous Windows 2000

Sous windows 98, no problemo.  Je passe sous Windows 2000 et ben c'était plus au même endroit et pas fastoche à trouver...

Démarrer/Programmes/Accessoires/Outils système/ Gestion des sauvegardes.

Sélectionnez Créer une disquette de réparation d'urgence. Une boîte de dialogue apparaît. Cochez la case Sauvegarder le registre vers le répertoire de réparation. Insérez une disquette vierge, puis validez l'opération. Cette disquette vous permettra de restaurer les principaux fichiers système de Windows 2000.

Et tant qu'on y est pour Windows XP:

Allez dans le Poste de travail
Faire un clic droit sur le lecteur de disquettes
Séléctionnez l'option "Formater"
Une nouvelle option est maintenant présente permettant de créer une disquette de démarrage DOS


21:43 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

27/07/2003

Vous voulez en savoir plus sur ces espions?

Spywares : ces logiciels à votre écoute (source: www.secuser.com)


Par Emmmanuel Jud

DessinRien ne les différencie en apparence des logiciels classiques, à part leur propension à la gratuité. Les spywares sont pourtant les représentants d'un nouveau business model, dans lequel les produits et services s'échangent contre une parcelle de vie privée. Après les scandales provoqués en 1999 par la découverte de spywares dans deux logiciels très populaires, la pratique est devenue plus transparente mais les abus restent nombreux.

Téléchargés sur internet ou trouvés dans le CD-Rom d'un magazine informatique, les spywares sont des logiciels (presque) comme les autres.

Qu'est-ce qu'un spyware?

Un spyware, en français "espiogiciel" ou "logiciel espion", est un programme ou un sous-programme conçu dans le but de collecter des données personnelles sur ses utilisateurs et de les envoyer à son concepteur ou à un tiers via internet ou tout autre réseau informatique, sans avoir obtenu au préalable une autorisation explicite et éclairée desdits utilisateurs.

Même préalablement informé d'un éventuel tracking, l'utilisateur n'en reste pas moins soumis à une surveillance dont la nature peut s'avérer illégale du point de vue de la législation de son pays. L'analyse de sa navigation sur internet peut ainsi par exemple permettre de déduire et de stocker des informations - réelles ou supposées - sur ses origines raciales, ses opinions politiques, philosophiques ou religieuses ou encore son appartenance syndicale, ce qui est interdit en France sans le consentement de l'intéressé.

Les spywares sont parfois confondus avec les adwares, ces logiciels dont l'auteur se rémunère par l'affichage de bannières publicitaires, sans pour autant recueillir ni transmettre de données personnelles. Ils sont également confondus à tort avec les cookies et les web-bugs, qui ne sont pourtant pas des programmes mais plutôt des technologies génériques dont la mise en oeuvre peut être détournée en portant atteinte à la vie privée.

Deux types de spywares

Une première classification des spywares peut être établie en tenant compte de leur fonction, à savoir le commerce ou le renseignement :

  • les spywares commerciaux collectent des données sur leurs utilisateurs et interagissent de manière visible avec eux, en gérant l'affichage de bannières publicitaires ciblées, en déclenchant l'apparition de fenêtres pop-up, voire en modifiant le contenu des sites web visités afin par exemple d'y ajouter des liens commerciaux. Ce sont les spywares les plus courants. Leur existence est généralement mentionnée dans la licence d'utilisation du logiciel concerné, mais souvent dans des termes ambigus et/ou dans une langue étrangère, ce qui fait que l'utilisateur n'est pas correctement informé. Ils se présentent généralement sous la forme de logiciels gratuits, pour les éditeurs desquels ils constituent une source de revenu ;
  • les mouchards collectent également des données sur leurs utilisateurs mais le font dans la plus totale discrétion. La surveillance et la réutilisation éventuelle des données collectées se font à l'insu des utilisateurs, généralement dans un but statistique ou marketing, de débogage ou de maintenance technique, voire de cybersurveillance. L'existence de ces mouchards est délibérément cachée aux utilisateurs. Ils peuvent concerner n'importe quel logiciel, qu'il soit gratuit ou commercial, mais de par leur fonction ils sont peu fréquents.

Une seconde classification peut être opérée en fonction de la nature des spywares, à savoir leur constitution logicielle :

  • le spyware intégré (ou interne) est une simple routine incluse dans le code d'un programme ayant une fonction propre pour lui donner en plus la possibilité de collecter et de transmettre via internet des informations sur ses utilisateurs. Les logiciels concernés sont par exemple Gator, New.net, SaveNow, TopText, Alexa ou Webhancer ainsi que la totalité des mouchards. Le spyware et le programme associé ne font qu'un et s'installent donc simultanément sur l'ordinateur de l'utilisateur ;
  • le spyware externalisé est une application autonome dialoguant avec le logiciel qui lui est associé, et pour le compte duquel elle se charge de collecter et de transmettre les informations sur ses utilisateurs. Ces spywares sont conçus par des régies publicitaires ou des sociétés spécialisées comme Radiate, Cydoor, Conducent, Onflow ou Web3000, avec lesquelles les éditeurs de logiciels passent des accords. Le spyware de Cydoor est par exemple associé au logiciel peer-to-peer KaZaA, et s'installe séparément mais en même temps que lui.

Une nouvelle tendance encore plus contestable concerne les utilisateurs du navigateur Internet Explorer. Certains spywares comme Gator cherchent à s'installer automatiquement sur le poste de l'internaute au moyen de la technologie ActiveX, lors de la visite de pages web peu recommandables.

Fonctionnement d'un spyware

Dans le cas des spywares commerciaux, avant de pouvoir procéder à l'installation du logiciel gratuit convoité l'utilisateur est généralement invité à fournir certaines informations personnelles voire nominatives (email, nom, âge, sexe, pays, profession, etc.). Un identifiant unique est alors attribué à l'ordinateur de l'internaute, qui permettra de relier les données collectées et centralisées dans une gigantesque base de données aux informations personnelles fournies par l'utilisateur, voire éventuellement à d'autres informations recueillies sans préavis (configuration, logiciels installés, etc.).

L'analyse de ces données permet de déterminer les habitudes d'utilisation, les centres d'intérêts voire les comportements d'achat de l'utilisateur et de lui proposer ainsi des bannières publicitaires, des courriers électroniques promotionnels ou des informations commerciales contextuelles toujours plus ciblés, en rémunérant au passage les éditeurs de logiciels partenaires. Dans le cas du spyware commercial Cydoor, l'installation du programme copie sur le disque les fichiers nécessaires au fonctionnement de l'application (cd_load.exe, cd_clint.dll et cd_htm.dll), crée un répertoire pour stocker les bannières qui seront affichées à l'utilisateur même lorsqu'il sera hors ligne (Windows/System/AdCache/), puis modifie la base de registres.

La plupart des spywares fonctionnent avec une extrême discrétion : ils agissent en tâche de fond, apparaissent rarement dans le Menu Démarrer de Windows et même dans le cas des spywares externalisés sont le plus souvent absents de la liste des programmes installés figurant dans le Panneau de configuration. Dans le cas des spywares commerciaux, il est normalement fait état de leur existence dans la licence du logiciel mais ça n'est pas toujours le cas et c'est souvent en des termes trompeurs, décrivant rarement le détail des informations collectées et l'utilisation qui en sera faite. Quel que soit le type de spywares, les données collectées et transmises sont définies dans le code source du spyware, et le cryptage des transmissions fait qu'il est difficile de s'assurer de leur nature exacte.

Le spyware s'exécute souvent automatiquement au démarrage de Windows et mobilise donc en permanence une partie des ressources du système. Pour collecter certaines données, les spywares peuvent également être amenés à modifier des fichiers vitaux gérant par exemple les accès à internet, ce qui peut conduire à des dysfonctionnements importants en cas d'échec de l'installation ou de la désinstallation du spyware. Certaines fonctionnalités annexes comme la mise à jour automatique peuvent aussi représenter un danger pour la sécurité de l'utilisateur, en permettant le téléchargement et l'installation à son insu d'un autre programme ou d'un autre spyware, voire d'un programme hostile dans le cas du détournement du système par une personne malveillante.

Règles générales de protection

Depuis les scandales provoqués en 1999 par la découverte de spywares dans SmartUpdate (Netscape) et RealJukeBox (Real Networks), la pratique est devenue plus transparente dans le cas des spywares commerciaux, même si les abus restent nombreux. Quelques règles simples peuvent être observées :

  • lisez attentivement les conditions d'utilisation d'un logiciel avant de l'installer. L'existence d'un spyware commercial et de ses fonctionnalités annexes y sont normalement signalées, même s'il faut bien souvent lire entre les lignes car le spyware y est présenté en des termes édulcorés voire trompeurs, voire parce que tout est fait pour que l'utilisateur évite de lire lesdites conditions d'utilisation. Si vous ne comprenez pas la langue dans laquelle est rédigée une licence d'utilisation vous ne devriez pas installer le logiciel concerné ;
  • réfléchissez bien avant de dévoiler des informations personnelles. Dans le meilleur des cas, les conditions d'utilisation sont généralement conformes au droit américain, donc beaucoup moins protectrices en matière de vie privée qu'en Europe. Notamment ne donnez pas votre adresse email permanente chez votre fournisseur d'accès mais plutôt un compte d'email gratuit qui pourra être fermé en cas de spamming ;
  • n'acceptez pas sans réfléchir les programmes supplémentaires éventuellement proposés lors de l'installation d'un logiciel. New.net, SaveNow et Webhancer sont ainsi proposés par défaut lors de l'installation de KaZaA, mais il suffit de décocher les cases correspondantes pour qu'ils ne soient pas installés ;
  • installez un firewall personnel et surveillez les demandes d'autorisation de connexion à internet, afin de détecter toute application suspecte. C'est une autre bonne raison d'installer un firewall personnel ;
  • informez-vous auprès de sites spécialisés. Secuser.com et sa lettre d'information hebdomadaire Secuser News aborde régulièrement la question des spywares au travers de l'actualité ou de dossiers ;
  • gardez enfin à l'esprit qu'installer un logiciel n'est jamais une opération anodine : cela revient à autoriser le programme à effectuer toutes les opérations qu'il souhaite sur votre disque dur. Outre un spyware, un programme douteux peut contenir un virus ou un troyen, donc un minimum de précaution s'impose.

Les spywares commerciaux n'étant pas des virus ni des troyens, les antivirus ne permettent pas de les détecter. Scanner un fichier même avec un antivirus à jour n'assure donc pas de l'absence d'un spyware. Il existe cependant d'autres moyens de les détecter voire de les éliminer : il est ainsi utile d'exécuter un antispyware périodiquement ou après l'installation d'un logiciel douteux, pour s'assurer de ne pas avoir installé un spyware sans le savoir.

Comment détecter la présence d'un spyware ?

Le plus simple pour détecter la présence d'un spyware est de procéder par des moyens indirects, à savoir son activité, la présence de fichiers caractéristiques ou le nom du logiciel suspect. Les moyens ci-dessous sont assez faciles à mettre en oeuvre, mais ne concernent que les spywares commerciaux ainsi que les mouchards dont l'existence a été découverte.

Il existe ainsi des listes de spywares, consultables en l'état, sous forme de moteurs de recherche ou encore d'utilitaires dédiés. Près d'un millier de logiciels (spywares intégrés ou programmes associés à un spyware externalisé) ont ainsi été recensés, dont Babylon Translator, GetRight, Go!Zilla, Download Accelerator, Cute FTP, PKZip, KaZaA ou encore iMesh :

Cette méthode de détection est simple, mais aucun site ne peut prétendre à l'exhaustivité : même l'utilitaire Ad-Search (LavaSoft) édité par un spécialiste du sujet est incomplet. Elle ne constitue donc qu'une première approche, qui reste très pédagogique car elle permet de mesurer l'ampleur du phénomène.

Certains firewalls personnels sont capables de filtrer le trafic sortant sur une base applicative, c'est-à-dire que chaque application souhaitant accéder à internet doit au préalable y avoir été autorisée. Pour ce faire, une alerte est émise, comme ici avec ZoneAlarm (ZoneLabs) et le spyware Webhancer :

cette solution donne de bons résultats avec la plupart des spywares, y compris si le spyware est un fichier DLL (l'application qui tente de se connecter à internet est alors RUNDLL32.EXE), mais elle ne peut rien contre les spywares intégrés si le logiciel concerné a déjà été autorisé à accéder à internet dans le cadre de son fonctionnement normal. L'utilisateur doit par ailleurs être suffisamment compétent pour pouvoir décider si l'application qui tente de se connecter doit ou non y être autorisée.

C'est pourquoi des antispywares ont été conçus sur le modèle des antivirus, afin de détecter les spywares sur la base de signatures. Utilisables facilement même par des non initiés, ils permettent de détecter un spyware même s'il n'est pas actif, mais restent dépendants de la mise à jour du fichier des signatures. OptOut étant abandonné, le plus performant des antispywares gratuits actuels est Ad-Aware (LavaSoft), qui a par ailleurs le mérite d'exister en version française :

Ce programme permet de scanner la mémoire de l'ordinateur, la base de registres et les différents disques à la recherche des composants indiquant la présence d'un spyware connu. En version payante, il dispose même d'un moniteur capable de surveiller le système en permanence et d'empêcher l'installation d'un spyware en temps réel.

Comment faire pour éliminer un spyware ?

La désinstallation d'un logiciel ne supprime pas forcément le spyware installé avec lui. Ainsi, la désinstallation de KaZaA ne supprime ni son spyware externalisé Cydoor, ni les autres spywares installés avec ce logiciel.

Pour éliminer un spyware intégré, il suffit le plus souvent de désinstaller l'application correspondante depuis le Panneau de configuration de Windows. Dans le cas d'un spyware externalisé, il est par contre généralement nécessaire de passer par une procédure fournie par son éditeur dans une obscure FAQ, ou plus efficacement d'utiliser Ad-Aware en supprimant les fichiers constitutifs du spyware :

Dans la plupart des cas, l'élimination d'un spyware externalisé fera que le logiciel associé cessera de fonctionner, affichant un message du type : "Vous avez effacé un composant du logiciel nécessaire à son exécution. Le logiciel ne fonctionnera plus mais vous pouvez le réinstaller". Certains antispywares permettent de bloquer ou de neutraliser un spyware tout en continuant à utiliser son logiciel associé, mais leur utilisation est assimilable à du piratage, les contrats de licence faisant généralement du spyware une contrepartie obligatoire à l'utilisation gratuite du logiciel associé.

Spyware or not spyware ?

S'il ne peut y avoir aucune hésitation à condamner les mouchards et plus globalement le principe visant à espionner les utilisateurs à leur insu, contrairement à la publicité en ligne telle que pratiquée par la régie DoubleClick - qui par l'intermédiaire des sites web de tous ses clients collecte et centralise elle aussi des données sur les préférences de chaque internaute* - le tracking opéré par les spywares commerciaux a le mérite de ne concerner que les utilisateurs qui décident d'installer un de ces logiciels, laissant donc la liberté aux autres internautes de ne pas en installer ou d'opter pour une version payante dépourvue de spyware.

Malheureusement, au lieu d'opter pour la transparence et d'en expliquer clairement les enjeux, beaucoup d'éditeurs de logiciels ont été tentés de profiter de la discrétion des spywares pour en dissimuler l'existence ou pour les laisser implantés même après la désinstallation du logiciel associé. Des pratiques abusives qui ont rapidement décrédibilisé le concept, jetant la suspicion y compris sur la nature réelle des informations collectées. Les spywares commerciaux sont ainsi devenus aux freewares et aux sharewares ce que le spamming est à l'e-mailing. Ils ont d'ailleurs également créé un marché spécifique, puisqu'aux spywares qui exploitent la confiance ou l'ignorance des internautes viennent désormais s'ajouter un nombre croissant d'utilitaires antispywares payants qui exploitent les peurs - et il faut bien le dire aussi parfois l'ignorance - de ces mêmes internautes.

Qu'il se résigne à voir ses données personnelles converties en dollars à son insu par d'obscurs logiciels ou qu'il choisisse de se protéger par l'acquisition d'utilitaires toujours plus nombreux et coûteux, l'internaute est-il condamné à payer la facture des spywares quelle qu'en soit la monnaie? Heureusement que non, mais sauf à renoncer à installer de nouveaux programmes sur son ordinateur, il devra chercher à s'informer et surtout faire preuve d'un minimum de vigilance s'il souhaite que sur Internet sa vie reste privée.


 

17:53 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Mettre ad-aware en français

Dans le message précédent, vous avez lu comment utiliser Ad-aware pour supprimer les logiciels espions.  Voici comment le franciser:
 

Ad-Aware version 6.0 en français (aide)

Page - 011d 2


(février 2003) prises d'écran sous Windows XP

Mettre AD-AWARE en FRANCAIS

 

Pour traduire Ad-Aware en français : Téléchargez le Patch français d'Ad-Aware de Lavasoft directement ..... en le plaçant directement dans le sous-dossier "Lavasoft Ad-Aware" précédemment créé.

 et voici l'icône correspondante ....................

 

Respectez les indications suivantes pour que l'installation de traduction s'effectue très simplement.

 

Vous double-cliquez sur "aaw-lang-pack.exe" ensuite "next", et laissez vous guider.

 

En fin d'ouverture vous cliquez de nouveau sur l'icône de base et dans la fenêtre du logiciel vous choisissez de cliquer sur le bouton du menu supérieur "Settings"

 

Il ne vous reste plus qu'à sélectionner le petit drapeau et la langue Français

puis "Enregistrer" ce qui referme la fenêtre et vous découvrez votre fenêtre de logiciel en français.

Je vous rappelle de toujours faire une sauvegarde de restauration et toujours faire une sauvegarde de registre avant un nettoyage consistant à éliminer des spywares.

 

 Fichier d'aide en français d'Ad-aware

Dans le dossier Ad-Aware vous repérez ce type d'icône qui correspond à la version d'aide en anglais et vous l'envoyez à la corbeille.

Maintenant vous pouvez télécharger directement le dossier suivant d'aide en français :

qui aura cette forme ...

Vous l'avez naturellement placé dans le sous-dossier initial du logiciel et il suffit de l'exécuter puis de copier/coller l'icône avec le "point d'interrogation" dans le même contenu que l'icône de lancement d'Ad-Aware.

Vous possédez maintenant tous les éléments pour protéger votre PC plus facilement.

source:  www.aidenet.com

17:49 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Se débarasser des logiciels installés à votre insu

Ad-aware (de Lavasoft) est un freeware qui permet de supprimer simplement les spywares(ou espiogiciel ou logiciel espion). Partie d'un programme qui récolte des données sur son utilisateur et les transmet à une tierce personne (par exemple une régie publicitaire). Les spywares sont présents essentiellement dans les logiciels gratuits et certains refusent de fonctionner sans leur(s) spyware(s).

Pour le télécharger: http://www.pcastuces.com/telechargement.asp?num=35

Le tutorial est basé sur la version standard d'ad-aware (ad-aware Personal) qui est gratuite. Avec cette version, certaines options ne sont pas accessibles.

Examen du système :

Cliquez soit sur le bouton Examiner situé à droite de la fenêtre principal d'ad-aware, soit sur le bouton Démarrer située en bas : 

cherchez les spywares avec ad-aware ou recherche de spywares avec ad-aware

Pour configurer l'analyse, cochez Options d'examen par défaut et cliquez sur Personnaliser. La fenêtre des options correspondant à l'examen s'ouvre.

: l'option est sélectionnée

: l'option n'est pas sélectionnée

: l'option n'est pas valide avec cette version d'ad-aware.

Il est conseillé d'avoir les options relatives à la mémoire et à la base de registre activées :

mémoire et base de registre

A partir de cette fenêtre, vous pouvez choisir quels seront les dossiers à examiner en cliquant sur "cliquez pour sélection lecteurs et dossiers". Avec ad-aware 6.0, il est possible de choisir certains dossiers au lieu d'être obligé de sélectionner un lecteur en entier comme c'était le cas dans la version précédente.

lecteurs et dossiers à analyser

Lorsque vous avez choisi les dossiers à analyser, cliquez sur Enregistrer. Cliquez à nouveau sur Enregistrer.

Il est conseillé de garder l'option "Activer l'examen en profondeur" active.

Pour commencer l'analyse, cliquez sur Suivant.

Le résumé vous informe du nombre d'éléments trouvés :

spywzres détectés par ad-aware

Cliquez sur Suivant. Les fichiers reconnus sont affichés. Cochez les éléments que vous souhaitez supprimer et cliquez sur Suivant. Selon les options que vous avez choisies, une fenêtre de confirmation s'ouvre ou non. Dans le premier cas, cliquez sur OK et les fichiers seront supprimés. En fait ils sont mis en quarantaine.
Pour supprimer définitivement les fichiers, à partir de la fenêtre principale, cliquez sur "ouvrir la liste de quarantaine". Les quarantaines s'affichent. Pour connaître le contenu d'une quarantaine, double-cliquez sur son nom. Pour supprimer la quarantaine, sélectionnez-la et cliquez sur Supprimer. Cliquez sur OK dans la fenêtre de confirmation. Les éléments de la quarantaine sont supprimés.
Vous pouvez empêcher cette mise automatique en quarantaine et supprimer directement les fichiers en allant dans les options générales
.

 


15:26 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Outlook express et votre boîte hotmail

Outlook Express et Hotmail, les pros de la synchro

Vous possédez une adresse e-mail sur le service Hotmail que vous gérez directement sur Internet ? Avec Outlook Express 6, vous pouvez désormais envoyer, recevoir et organiser tous vos e-mails Hotmail directement sur votre disque dur et les synchroniser avec le Web.

Bénéficiez de nombreux avantages

Habitués du service de messagerie sur Internet  Hotmail, vous appréciez certainement de pouvoir accéder à votre boîte aux lettres électronique depuis n'importe quel ordinateur connecté à Internet.

Mais savez-vous que l'utilisation conjointe de Hotmail en ligne et du client de messagerie   Outlook Express, qui est intégré à Windows ou disponible gratuitement au téléchargement, vous procure bien d'autres avantages :

  •  Vous bénéficiez de toutes les fonctionnalités d'Outlook Express pour créer vos messages
    Bien entendu, Outlook Express donne la possibilité de créer des messages Hotmail en bénéficiant de toutes les fonctionnalités et des outils de composition avancés du client de messagerie :

    • Le correcteur orthographique
    • La mise en page HTML
    • L'utilisation des modèles de papier à lettre
    • Etc.

  •  Vous archivez vos messages sur votre disque dur
    Votre messagerie Hotmail en ligne limite à 2 Mo la taille totale des e-mails  que vous pouvez conserver. Avec Outlook Express, vous archivez vos messages sur votre disque dur. Vous n'êtes ainsi limité que par la taille de ce dernier.

  •  Vous lisez et traitez vos messages plus vite
    Vos messages étant conservés sur votre disque dur, il est beaucoup plus rapide et plus simple d'y accéder.

En savoir plus…
 Outlook Express 6
 Hotmail
Dossiers connexes
Les 6 règles d'or de la création d'e-mail
De quoi j'me maile ?
Les coulisses du courrier électronique
La cryptographie : les clés d'une messagerie sécurisée

Paramétrez Outlook Express

Il vous faut, en premier lieu, une adresse e-mail sur  le webmail Hotmail. Si vous n'en possédez pas, vous pouvez en créer une gratuitement.

Ensuite, vous devez activer ce compte sur Outlook Express 6. La démarche est fort simple :

  • Lancez   Outlook Express 6. Dans le menu Outils, cliquez sur Comptes…
  • Dans la fenêtre qui s'ouvre alors, cliquez sur Ajouter puis sur Courrier…
  • Renseignez votre Nom complet, cliquez sur Suivant > puis saisissez votre adresse e-mail se terminant par @hotmail.com
  • Après validation, indiquez les éléments permettant à Outlook Express de se connecter au serveur de messagerie Hotmail (ceux-ci doivent être déjà renseignés par défaut) :
Eléments permettant à Outlook Express de se connecter au serveur de messagerie Hotmail

  • Enfin, indiquez votre mot de passe Hotmail. Cliquez sur Suivant > puis sur Terminer.

Parfait, votre compte Hotmail est maintenant activé. Après une première synchronisation, vous devez voir apparaître les mêmes dossiers et les mêmes messages que lorsque vous consultez votre boîte e-mail en ligne :

Sur Outlook ExpressSur Hotmail
Comparaison d'un compte Hotmail sur Outlook Express et sur Internet

Une fois que la première synchronisation est effectuée, vous pouvez gérer tous vos e-mails sans obligation de vous connectez à Internet. En effet, lorsque Outlook Express se synchronise avec Hotmail, il enregistre toutes vos modifications, tous vos messages envoyés ou reçus et tous vos dossiers directement sur le disque dur de votre PC.

Travaillez hors connexion

Vous pouvez ainsi travailler hors connexion   directement sur votre client de messagerie Outlook Express. Ce mode se révèle particulièrement utile :

  •  Si vous voyagez
    Vous avez un ordinateur portable ? Vous pouvez profiter du temps que vous passez dans le train, l'avion ou dans tous vos déplacements pour lire vos messages ou écrire à vos correspondants.


  •  Si vous vous connectez à Internet avec un modem classique
    Vous accédez à Internet via votre ligne de téléphone ? Écrire ou lire un e-mail n'a jamais demandé que l'on reste connecté, surtout lorsque "le compteur tourne". En travaillant ainsi, vous économisez votre temps de connexion.

Synchronisez vos dossiers et vos messages

Lorsque vous désirez synchroniser votre compte de messagerie Hotmail, cliquez simplement sur le bouton   Envoyer/recevoir tout. Dès lors, Outlook Express :

  • Enverra l'ensemble de vos messages présents dans la   Boîte d'envoi et en postera une copie dans le sous-dossier   Éléments envoyés du dossier   Hotmail
  • Rapatriera l'ensemble des messages que vous aurez éventuellement reçus depuis votre dernière synchronisation dans les dossiers   Boîte de réception ou   Courrier indésirable
Remarque : lorsque vous envoyez un message depuis Hotmail sur le Web…
…vos messages se comporteront exactement de la même façon. Lors de la prochaine synchronisation d'Outlook Express, ce dernier rapatriera les messages que vous avez ainsi envoyés.

Paramètres de synchronisation des dossiersModifiez vos paramètres de synchronisation

Lorsque vous cliquez sur le dossier   Hotmail, vous voyez apparaître différents paramètres de synchronisation en face de chacun des dossiers. Pour les modifier, cliquez sur un des dossiers puis sur Paramètres :

  • Ne pas synchroniser
    Comme son nom l'indique, cette option désactive toute synchronisation entre Outlook Express et Hotmail. Vous pouvez également activer ce paramètre en décochant la case correspondante. Cette fonctionnalité trouve toute son utilité lorsque vous voulez archiver beaucoup de messages sur votre disque dur.

  • Tous les messages
    L'ensemble des messages (en-tête et corps) est synchronisé et rapatrié vers Outlook Express. À privilégier si vous avez une connexion à bas débit ou si vous utilisez de manière équivalente et régulière les deux modes de fonctionnement (en ligne sur Hotmail ou en local sur Outlook Express)

  • Nouveaux messages uniquement
    Seuls les derniers messages qui sont arrivés dans votre boîte aux lettres depuis votre dernière synchronisation sont rapatriés. Privilégiez ce paramètre si vous utilisez presque uniquement Outlook Express pour gérer votre messagerie Hotmail.

  • Paramètres de synchronisationEn-têtes uniquement
    Cette option rapatrie uniquement les en-têtes des messages, à savoir le nom de l'expéditeur, l'objet du message ainsi que la date et l'heure de son arrivée sur votre messagerie Hotmail. Ce mode est idéal si vous possédez une connexion à Internet illimitée et à haut débit ou si vous voulez éliminer les messages envoyés par des spammeurs.

Source: www.microsoft.com




14:02 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/07/2003

Résultat de recherche étrange:-)

A une époque, la phrase "more evil than satan" sur Google ou "site web détesté" sur Altavista donnait en premier lien proposé le site de Microsoft (voir copie d'écran). Pas vraiment d'explication...

09:49 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Un répondeur automatique

On sait bien qu'il y a parmi vous des accros au boulot et des intoxiqués du mail. A ceux-là en particulier, on se permet un petit conseil : pour que vos vacances soient vraiment des vacances, abstenez-vous d'ouvrir votre messagerie durant les congés. Et si vraiment vous craignez de rater une communication urgente, mettez en place un message d'absence, mentionnant par exemple la date de votre retour ou les coordonnées du collègue de permanence.

Grâce aux règles de tri d'Outlook Express, il est en effet possible de doter sa messagerie électronique d'un répondeur. Le principe est simple comme bonjour, il s'agit de configurer le logiciel de telle sorte qu'il retourne systématiquement un message-type en réponse aux mails reçus. Entre autres utilisations possibles, un répondeur automatique constituera également un excellent moyen d'informer vos correspondants d'un prochain changement d'adresse.

Première étape : création d'un mail type

Il s'agit de créer un nouvel e-mail, comme vous le feriez d'habitude. Rédigez le texte de votre réponse-type en gardant à l'esprit que tous vos vos correspondants sont susceptibles de le recevoir, n'oubliez pas d'indiquer un objet (en précisant si possible "répondeur automatique"). Il est en revanche inutile de saisir l'adresse d'un correspondant.

Sauvegardez cet email à l'aide de la commande "enregistrez-sous" du menu Fichier. Vous pouvez nommer le document comme bon vous semble. Enregistrez-le de préférence au format standard pour les mails (.eml) et retenez bien l'emplacement de cette sauvegarde.

Seconde étape : mise en place du répondeur

Dans la fenêtre principale d'Outlook Express, sélectionnez la commande "Règles de message" du menu Outils et cliquez sur "Courrier" dans le sous-menu.
Pressez le bouton Nouveau, pour accéder à l'assistant qui vous guidera dans l'élaboration de la règle de courrier.

Dans le premier cadre, cochez l'option "pour tous les messages" si vous souhaitez répondre à tous vos correspondants sans distinction. Bien sûr rien n'interdit l'élaboration de règles plus sophistiquées : grâce aux critères de tri proposés vous pourrez par exemple créer des répondeurs différents pour vos contacts professionnels et privés, créer un répondeur pour indiquer aux correspondants qui vous envoient des pièces jointes que, pour éviter les virus, vous ne les ouvrez jamais, etc.
Dans le second cadre, cochez l'option "Répondre en utilisant message".
Dans le troisième cadre, cliquez sur le mot message, puis dans la fenêtre qui s'ouvre alors, parcourez simplement votre disque dur et sélectionnez le message-type rédigé et sauvegardé précédemment.
N'oubliez pas dans le dernier champ de baptiser cette règle pour la reconnaître aisément par la suite ("Répondeur" nous semble un nom tout trouvé), puis validez en pressant le bouton OK.


Troisième étape : activer/désactiver le répondeur

Nous revoilà face au gestionnaire des règles de réception. Pour activer votre répondeur automatique, cochez simplement la case qui l'accompagne. Pour le désactiver, décochez-la.

Si votre objectif est de prévenir vos correspondants durant vos congés, laissez bien sûr votre ordinateur allumé et Outlook ouvert durant votre absence (ce qui exclut a priori les internautes qui se connectent par modem).
En rentrant, n'oubliez pas de désactiver votre répondeur..

Source: www.linternaute.com

09:37 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/07/2003

Amusant

Assez étonnants les messages que peuvent recevoir les supports techniques des outils de recherche et certains fournisseurs d'accès à l'Internet:
 
"Ayant perdu la notice d'utilisation d'une Porsche 944, j'aimerai savoir, s'il serai possible d'en trouver une sur internet. Pourriez vous m'avancer sur ce sujet? Merci d'avance."
 
"Je cherche à acheter une tête de Boudha en bronze ou terre cuite taille environ 15-20cm de haut, sur Paris. Ca urge c'est pour un cadeau. Une idée d'adresse ? Merci"
 
"Pouvez vous m'envoyer sur mon adresse un résumé du livre l'ETRANGER d'albert Camus et me préciser les thèmes exploiter dans ce livre. J'ai lu le livre mais pouvez vous me confirmer les réponses aux questions suivantes :
- 3 thèmes exploités + analyse de ceux-ci
- résumé du livre
- Les personnages principaux avec leur description physique, morale"

 
"Je me présente, je suis un jeune homme, je m'appelle @@@. Je vais vous demander quelque chose que vous allez sûrement trouver culotté, mais bon, au moins j'aurais tenté ma chance. Alors voilà la question : je voudrais créer un moteur de recherche, pourriez-vous me dire comment on fait ?"

22:40 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Google, la mémoire du Web "caché"

 
"Quiconque a déjà réalisé une recherche sur un annuaire ou un moteur a déjà connu les affres de l'"erreur 404". Vous cliquez sur un résultat proposé par l'outil de recherche, et un message "404 - URL not found", ou une phrase similaire ("File not found"), vous avertit que l'adresse que vous avez demandé n'est plus valide, que le document disponible à cet URL n'existe plus. Enervant. Et pourtant si fréquent. D'autant plus que cela arrive souvent sur le document qui semblait correspondre parfaitement à votre demande. Grrr...
 
Ce problème intervient lorsque la page en question a été supprimée (ou lorsque son emplacement sur le site a été modifié) entre le moment où le moteur a "aspiré" le document, l'a copié sur ses disques (parfois plusieurs semaines auparavant) et celui où vous faites la requête. Pffuit, disparu...
 
Google garde une copie des documents
 
Pour contrer ce type de problème, le moteur Google (il est le seul à proposer cette fonctionnalité parmi les outils de recherche majeurs), propose sa fonction de cache. Lorsque vous tapez un mot clé sur le moteur, les résultats sont indiqués sous la forme :
 



 
pour la version anglaise de Google et :
 



 
pour sa version en français.
 
Dans ces deux résultats, on aperçoit la fonction "Cached" (version anglaise) et "Afficher les correspondances (Mémoire cache)" (version française), à droite de la taille de la page (dans cet exemple, "50k"). Si vous cliquez sur ce lien, vous aurez accès à la version de la page telle qu'elle était disponible lorsque Google en a effectué la copie sur ses disques.
 
Si, lors de vos recherches sur Google, une erreur 404 s'affiche, vous aurez droit à une "deuxième chance" en visualisant la page telle qu'elle était, "à l'époque", en utilisant la version de cache. Original et efficace...
 
Merci qui ? Merci Google ! "
 
Source: http://trucs-et-astuces.abondance.com/

22:23 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Je cherche la photo d'un cactus...

La solution: la chercher avec Google: Google Recherche d'images s'autoproclame "La solution de recherche d'image la plus complète du Web". Et c'est vrai que ce moteur permet une recherche parmi plus de 350 millions d'images, est souvent plus pertinent que ses concurrents mais pas toujours. Pour augmenter le nombre de résultats, ne pas oublier que la majorité des documents du net sont en anglais : effectuez donc votre requête en français puis avec sa traduction anglaise, voire dans les trentaines d'autres langues gérées par Google. Essayez également le pluriel et le singulier puisque Google différencie ces 2 genres.
 
Et pourquoi un cactus me direz-vous et bien je ne sais pas... c'est la première idée qui m'est venue en écrivant le titre de ce message et pfftt... 0.11 secondes après j'avais mon cactus.  N'est-il pas mignon?



22:11 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

23/07/2003

Enfin un peu de pluie...

Non loin de moi, fenêtre ouverte, soudain j'entends quelques goutelettes...  Un brin de fraîcheur vient caresser ma peau mais celle-ci bientôt s'envole... la pluie, c'est déjà fini! 
 
Finalement, pluie ou beau temps, on est jamais content;-)
 
Qu'en est-il chez vous?
 
Demain sera jour de pluie, on verra?
 

22:07 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Qui cherche trouve...

Et pour trouver sur le web, je ne connais rien de mieux que Google: http://www.google.be
Et vous le connaissez certainement aussi.  Si ce n'est pas le cas, testez-le!!  Et vous verrez:-)
 
 Et Google met à la disposition des internautes le programme Google Search permettant d'effectuer une recherche à partir d'un mot sélectionné dans Internet Explorer.
Pour installer le bouton Google Search, rendez-vous à cette adresse. Vérifiez que la barre des liens est active. Si tel n'est pas la cas, cliquez sur le menu Affichage, sur Barre d'outils puis activez la barre Liens.
Déplacez alors le module Google Search de la page vers la barre des liens. Répondez oui à la question, un bouton nommé Google Search apparaît alors.
Désormais, pour rechercher des informations sur un mot ou une phrase d'une page web, il suffit de les sélectionner puis de cliquez sur ce bouton. Les résultats de la recherche s'affichent alors dans la page courante. Pratique!!

20:47 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/07/2003

du beau

Jeter un oeil: http://www.journalinfime.com/ 

22:00 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Pour garder votre machine en forme;-)

Un dossier complet et bien ficelé sur PC astuces, surtout valable avec windows 98: http://www.pcastuces.com/debuter/entpc/page1.htm

21:45 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/07/2003

Voici comme promis un résumé des outils que je vous ai dé

Voici comme promis un résumé des outils que je vous ai déjà présentés concernant la rédaction du français.
 
  • Vous entrez un mot, même écrit phonétiquement, le serveur renvoie l'orthographe correcte, définition, dérivés, conjugaisons etc... Mais aussi des jeux de langues et un service gratuit de correction de vos phrases, textes.  Le tout offert par le conseil international de la langue française: http://www.sdv.fr/orthonet/index.html
  • L'office québécois de la langue française nous offre en ligne et gratuitement deux outils géniaux:

Le grand dictionnaire terminologique vous donne accès à près de 3 millions de termes français et anglais du vocabulaire industriel, scientifique et commercial, dans 200 domaines d'activité.  Vous choisissez le français ou l'anglais, vous tapez le mot et c'est parti.  Utile pour traduire des textes techniques ou simplement comprendre le nombre impressionnant de termes anglais utilisés par nos amis... les informaticiens:-)  Ainsi "T'as qu'à rebooter!" ne vous laissera plus perplexe!

La banque de dépannage linguistique, un outil pédagogique en constante évolution qui propose des réponses claires aux questions les plus fréquentes portant sur la grammaire, l'orthographe, la ponctuation, le vocabulaire général et les abréviations.

http://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/gdt_bdl2.html

Si vous en avez d'autres à conseiller...:-)

12:40 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/07/2003

Un sanglier-toboggan, je ne connaissais pas cet animal;-)

Un sanglier-toboggan, je ne connaissais pas cet animal;-)

21:51 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Et de 4

Mesurons-nous à nos amis les bêtes?  Grimpes-je aussi vit qu'un écureuil?  Vois-je aussi bien que la Buse?...

21:48 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

et de 3

Qui mange qui dans la forêt?

21:46 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

et de 2

Tout est vert, calme et reposant...

21:45 Écrit par lilicafiche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |